C’est chez nous, mais c’est pas nous !

jeu 21 novembre 2019 | 19h30 | Table ronde
Nadir #Service des publics

Les 60 ans du Ministère de la Culture / Quelles avancées ?

Table ronde officielle

Sur une proposition de l’association Double-Cœur et de l’ENSA de Bourges avec la participation de l’association Emmetrop et Bandits-Mages.

Le ministère de la Culture célèbre cette année son soixantième anniversaire. Par décret du 22 juillet 1959, sous la présidence de Charles de Gaulle, André Malraux prend le titre de Ministre d’état, chargé des affaires culturelles. Ainsi, il se voit attribuer les fonctions du ministre de l’éducation en ce qui concerne la direction générale des Arts et des Lettres, la direction de l’Architecture et la direction des Archives de France entre autres. Lui sont également transmises les attributions du ministre de l’Industrie et du Commerce pour le Centre National de la Cinématographie. Un nouveau ministère est en train de prendre naissance…

Les premières volontés d’André Malraux se tournèrent vers la décentralisation et la démocratisation culturelle. Un de ses premiers objectifs fut l’instauration de structures d’accueil pour une diffusion culturelle sur l’ensemble du territoire. Pour ce faire, il créa à partir de 1961 des Maisons de la Culture en province avec la présence de troupes permanentes. La définition de Maison de la Culture est confiée à Pierre Moinot qui, en mars 1961, dans le cadre du plan quinquennal pour la culture, décrit un lieu pluridisciplinaire de rencontre entre l’homme et l’art pour faire « naître une familiarité, un choc, une passion, une autre façon pour chacun d’envisager sa propre condition. Les œuvres de la culture étant, par essence, le bien de tous, et notre miroir, il importe que chacun y puisse mesurer sa richesse, et s’y contempler. » Il forge l’idée d’une « rencontre intime » par la confrontation directe avec l’œuvre, sans « l’écueil et l’appauvrissement de la vulgarisation simplificatrice », en dehors d’une médiation artistique.³

La première Maison de la Culture voit le jour au Havre puis à Bourges, ouverte dès 1963 et inaugurée par André Malraux. Elle accueille la Comédie de Bourges de Gabriel Monnet, qui devient alors le première directeur de la MCB (1963-1969).

La table ronde sera introduite par la projection d’un documentaire de 1983 qui illustrera le point départ de la discussion. Celui-ci relate l’histoire de la création et des premières années de la Maison de la Culture de Bourges à travers des interviews de Gabriel Monnet et de Pierre Potier, par Pascal Ory.

À partir de ce contexte local, l’objet de la discussion sera de revenir sur l’évolution de la Culture au niveau local et national et d’analyser quelles ont été les étapes, depuis lors, dans le cadre de l’application des idées malruciennes et des autres actions du ministère de la Culture telles que la décentralisation ou la professionnalisation des secteurs artistiques et culturels ? La création des friches culturelles ou encore la relation art-patrimoine, très active pendant les années 90, sont des moments-clés qui seront également abordés.

Avec la présence exceptionnelle de deux personnalités du Ministère de la Culture sous Jack Lang :

Robert Abirached
Agrégé et docteur d’État en lettres classiques, il fut particulièrement connu comme directeur du Théâtre et des Spectacles de 1981 à 1988 lors du mandat de Jack Lang au ministère de la Culture.
Quelques éléments biographiques : à partir de 1956, il commence une longue collaboration à Études et à La Nouvelle Revue française (NRF) où il donne, jusqu’en 1971, des chroniques régulières de critique littéraire et de critique dramatique, activité qu’il pratiquera également en tant que journaliste au Nouvel Observateur, de 1964 à 1967. En 1965, il entre à la Sorbonne comme assistant en littérature française, puis est nommé, l’année suivante, chargé d’enseignement à l’université de Caen où il crée l’un des premiers Instituts d’études théâtrales. En 1988, il rejoint l’Université Paris-X-Nanterre où il dirige le département des arts du spectacle jusqu’en septembre 1999, date à laquelle il prend sa retraite académique. Pendant cette période, il devient professeur associé à l’université catholique de Louvain–la-Neuve (1988-1992), puis il occupera la chaire d’histoire du théâtre au Conservatoire national supérieur d’art dramatique (1992-1997). En 1973, la nouvelle chaîne de télévision, France 3, diffuse trois courtes dramatiques de Robert Abirached. Il donne ensuite un canevas de texte expérimental, Monoquinte, au Festival d’Avignon.

Reine Prat
Agrégée de lettres, Reine Prat intègre le ministère de la Culture en 1981 à la Direction du développement culturel. Elle rejoint ensuite la ville de Marseille comme conseillère artistique, puis la direction de l’Institut français de Marrakech, et réintègre en 1998 le ministère de la culture comme conseillère pour le théâtre. En 2002, elle est chargée de la coordination des manifestations du bicentenaire de Victor Hugo et, en 2004, de l’année George Sand. Inspectrice générale de la création, des enseignements artistiques et de l’action culturelle, elle est nommée à la Drac de Guyane sur les questions de multilinguisme puis, en Martinique, comme directrice régionale des affaires culturelles. Elle est l’auteure, pour le ministère de la Culture, de deux rapports sur la répartition des responsabilités entre les femmes et les hommes dans les arts du spectacle, parus en 2006 et 2009.

Seront également intervenants : Érik Noulette, directeur de l’association culturelle Emmetrop, Olivier Atlan, directeur de la Maison de la Culture de Bourges et Xavier Truffault, responsable du Musée de la résistance et de la déportation et chef de service de l’action culturelle des archives départementales du Cher.
Antoine Réguillon, directeur de l’École nationale supérieure d’art de Bourges (établissement sous la tutelle du ministère de la culture) assurera le rôle de modérateur accompagné d’Isabelle Carlier, directrice de l’association culturelle Bandits-Mages.

3- Augustin Girard, « 1961. Ouverture de la première maison de la culture [archive] », Infolettre no  43, 17 février 1999, ministère de la Culture et de la Communication

Tarif

Gratuit

Emmetrop

26 route de la Chapelle
18000 BOURGES
tél. +33(0)2 36 24 80 51

Identity + web conception
jedorspaslanuit.com